Envie de déconnecter, de jouer à Robinson Crusoé, de vous couper du monde ? Dites adieu au réseau, aux hôtels de luxe et ses plages bondées, on vous emmène faire un petit tour sur les îles les plus inaccessibles au monde. Des îles dont la nature est pour la plupart dénuée de structure touristique, des îles sauvages et préservées du tourisme de masse. Casse-cous téméraires, amateurs de plongée sous-marine, vous qui n’avez peur de rien et surtout pas de la solitude, ces destinations paradisiaques, pour certaines arides, vont vous plaire. Embarquement immédiat vers un autre monde en totale déconnexion.

L’archipel des îles Pitcairn

Commençons notre tournée des déserts aquatiques par cet archipel situé à l’extrême est de l’Océanie, à l'est de la Polynésie française. Composé de quatre îles : Hendersen, Ducie, Sandy et Oeno et Pitcairn, il s’agit d’un territoire britannique d’Outre-mer dans l’Océan Pacifique. A peine cinquante habitants vivent sur une seule d’entre elles : Pitcairn, dont Adamstown, seul village de l'île, est par défaut sa capitale. Des excursions sont possibles sur les autres îles, notamment Ducie et  Hendersen, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, pour leurs longues plages sauvages de sable blanc, et leurs splendides fonds marins et barrières de corail, avec des milliers d’espèces de poissons. Classées réserves naturelles, ces îles sont de véritables aquariums naturels. Comment s’y rendre ? L’archipel est accessible uniquement en bateau depuis Bounty Bay.

L’archipel des îles Kerguelen

Ces terres australes et antarctiques au sud de l'Océan Indien, à quelque trois mille kilomètres de la Réunion, sont un archipel français. Surnommées les « îles de la Désolation », perdues au milieu de l’Océan Indien, ces quelques bouts de terre volcanique servent entre autres à une base scientifique polaire depuis les années 1950. Une petite poignée d’humains - une quarantaine d’habitants - vit toutefois sur l’archipel, au milieu de milliers de manchots, albatros, éléphants et léopards de mer, et de nombreuses autres espèces de l’Antarctique. Alors, tenté ? Attention, oubliez le maillot de bain et couvrez-vous, car il n’y fait pas chaud, pas plus de 5°, température moyenne relevée sur une année. Comment s’y rendre ? Ouvert au tourisme (si, si !) depuis 1994, le navire Marion Dufresne 2 vous embarque pour la modique somme de près de 10 000€ (aller-retour avec pension complète sur l’île).

L’archipel des Îles Marshall

Situé en Micronésie dans l’Océan Pacifique Occidental, l’archipel des îles Marshall compte un peu plus de mille deux cents îles et atolls (îles structurées sur des récifs coralliens), dont une trentaine sont aujourd’hui habitées, sachant que les deux tiers de la population habite sur Majuro. Découvertes au XVIIIè siècle par John Marshall, explorateur espagnol, puis colonisées par des peuples asiatiques, allemands, japonais, puis américains, les îles Marshall ont une histoire mouvementée. Torturées par le passé par des raids aériens et des bombardements, les îles étaient alors utilisées pour les essais de l’armée Américaine. Ceci dit, la nature, si forte et généreuse dans ce climat particulier, a depuis repris ses droits. Eden des plongeurs, l’archipel compte lui aussi une grande diversité d’espèces de poissons et de coraux. Un paradis encore préservé du tourisme de masse, de par son éloignement. Comment s’y rendre ? En avion. Le voyage est long (très long), mais vous atterrissez à l'aéroport de Kwajalein sur l’un des atolls, après avoir fait escale à Séoul puis à Hawaï.

L’archipel des Carolines

Toujours en Micronésie, les Palaos (îles Caroline) se situent au sud-sst des Philippines, entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les îles Marshall. L’archipel est lui aussi un éden paradisiaque pour les plongeurs, et pas seulement. Un peu plus connues et peuplées, un peu plus développées au tourisme, nous sommes loin toutefois d’y trouver les immenses structures bétonnées de certains lieux touristiques plus accessibles. Indépendante depuis une dizaine d’années, la centaine d’îles composant l’archipel et ses fonds marins sont des espaces protégés. Un véritable temple où résident baleines, dauphins et requins, et toute une mosaïque colorée de poissons exotiques. Comment s’y rendre ? On peut atterrir à l’aéroport de Palau, sur l’île Babeldaob, la plus grande île des Palaos, depuis une escale par Manille ou Guan.

L’île Niue

Située dans l’Océan Pacifique Est, entre les îles Cook et Tonga, à quelque deux mille quatre cents kilomètres des côtes de la Nouvelle-Zélande, Niue est isolée du monde mais tout de même habitée par une poignée d’autochtones (environ mille cinq cents). Indépendante, l’île Niue est toutefois ravitaillée par la Nouvelle-Zélande une fois par semaine. Elle est un des plus grands atolls volcaniques de la planète. Dominée par un ancien volcan sous-marin, l’île possède - outre ses hautes falaises côtières et ses plages arrachées par l’érosion - de hauts plateaux volcaniques structurés en étages en son centre, et des forêts primaires tropicales denses mais accessibles. Comme la plupart des îles du Pacifique, ses récifs coralliens protégés en font un spot unique au monde pour la plongée sous-marine. Comment s’y rendre ? En avion, mais le voyage est long : comptez plus d’une journée et demi de voyage, avec deux ou trois escales pour arriver à l’aéroport de Niue (IUE).

Les îles São Tomé et Príncipe

Partons maintenant au large du Gabon vers les petites Antilles Africaines. Situées dans le golfe de Guinée, l’île Chocolat ainsi dénommée est aussi le premier producteur de cacao au monde de par ses nombreuses plantations de cacaoyers. Et ce n’est pas tout ce que vous trouverez sur l’île. Au programme : lagons turquoises, grandes plages de sable doré, orchidées et oiseaux exotiques, fonds marins à couper le souffle, un sanctuaire pour les plongeurs. Ici le tourisme est présent mais non encore envahi par les tour-opérators à grande structure. Un voyage authentique, même si la vie sur l’île est difficile, bon nombre de la population vivant encore aujourd’hui sans eau et sans électricité. Comment s’y rendre ? En avion, avec une journée de voyage (24h), et une à deux escales pour atterrir à l’aéroport de TMS Sao Tome Is.

Vous ne connaissez pas encore Barouding ? Le concept est simple : on vous trouve des compagnons de voyages qui vous ressemblent vraiment et on vous propose plein de voyages à partager avec eux !

Rejoignez la communauté
  • Sofy D.
  • Stephane B.
  • Christiane M.
  • Anaïs P.
  • Laura L.
  • Tristan B.
  • Lauren A.
  • Christophe L.
Marie L.
Marie L.
14 articles • Publié le 12/09/2017
0 commentaire

Soyez le premier à rédiger un commentaire.

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter sur Barouding.