Le Népal, petit bout de terre grand comme un mouchoir de poche (une bande de 800 par 200 kilomètres, soit à peu près un quart de la France), enserré entre deux grands colosses : l’Inde et la Chine, est aujourd’hui une destination mythique. Pourquoi ? D’une part parce que la politique du royaume a été hermétique au monde extérieur, et ce jusqu’aux années cinquante. Avant cette date, l'existence du peuple népalais était inconnue, on n’en connaissait que le nom sur la carte géographique. Retiré et méconnu également de par la difficulté d’accès, avec ses très hauts sommets jugés impraticables à l’époque, le Népal ne pouvait alors rejoindre les autres pays que par des sentiers escarpés, voire impraticables, mis à part par quelques missionnaires téméraires, qui pour la plupart ne sont jamais rentrés de leur expédition. En 1955, l’alpiniste Jean Franco franchit le Mont Makalu culminant à 8770 mètres, c’est alors que la chaîne de l'Himalaya fit l’objet de premières convoitises ; pour devenir aujourd'hui le paradis des trekkeurs en quête de sensations fortes. D’autre part, le Népal, lieu culte du Bouddhisme ayant vu naître Bouddha lui-même, attire le monde entier par le côté mystique que représente ce grand sage. Oui, le Népal est une des destinations les plus dépaysantes et exotiques de la planète, par contre, impossible de partir sans comprendre la population locale. Pour mieux appréhender votre voyage en groupe, Barouding vous donne quelques pistes. Commençons par comprendre les croyances, traditions, us et coutumes des différentes ethnies et peuples nomades, et terminons par quelques règles de savoir-vivre dans la culture népalaise.

Entre Bouddhisme et Hindouisme, religions et croyances

La religion est profondément ancrée dans les moeurs de la culture népalaise. Qu’il  soit croyant du dieu Bouddha (le bouddhisme) ou de Brahma (l’hindouisme) - les deux principales religions du peuple - le Népalais est un croyant incorruptible et un fervent pratiquant, qu’il vive en ville ou perché en très haute montagne. Avec une grande majorité d’Hindouistes (environ 80%), le Bouddhisme, est plus présent dans les hautes contrées. Nous comprenons pourquoi le Népal est appelé le Royaume des temples, où se côtoient sans gêne, jalousie ou haine, divinités et dieux vénérés. Il est fréquent de voir des pratiquants Hindouistes fréquenter des fêtes Bouddhistes, et vice versa. De ces croyances découlent de nombreuses cérémonies et fêtes, aussi colorées que fascinantes, notamment dans la vallée de Katmandou. De plus, ne vous étonnez pas de voir se promener des vaches endimanchées de colliers de fleurs dans la ville car elles sont sacrées et vénérées, assimilées à Lakshmi, déesse de la prospérité dans la religion hindouiste. Un incroyable patchwork culturel !

Qu’en est-il de l’esprit Hippie ?

C’est dans les années soixante-dix que sont arrivés en pèlerinage des centaines de hippies du monde entier. Phénomène de mode, en rupture avec les normes, ou en quête de donner un sens à leur vie dans une période quelque peu révolutionnaire, le hippie envahit le Népal. Même si aujourd’hui Katmandou n’a plus rien à voir avec ce courant marginal, elle en conserve une image plutôt symbolique, que les Népalais aiment à préserver sous une forme presque sacro-sainte. Le courant hippie est toutefois reproduit par une poignée de jeunes marginaux baba-cool, se disant méditants mais quelque peu paumés et surtout bien camés, cheveux longs et embrouillassés, les “Good Vibes” prônent le respect de la nature et de l’univers dans un esprit méditatif d’un autre temps.

La population, une grande diversité ethnique

Avec un peu plus de vingt-huit millions d’habitants, la population du Népal se divise en deux principaux grands groupes : les Indo-Népalais et les Tibéto-Népalais, d’où découlent différentes castes et ethnies. Tous, pour la plupart, parlent la langue locale : le népali. Les Newars quant à eux, très présents dans la vallée de Katmandou, forment un groupe tibéto-birman, essentiellement composé d’artistes, et possédant son propre dialecte. A cela s’ajoutent de nombreux groupes tribaux et peuples nomades, dont certains, chasseurs-cueilleurs vivent encore cachés dans la forêt. Parlons justement des Rautes, un des derniers peuples nomades de l’ouest népalais composé d’une poignée d’hommes seulement. Nathalie Lamoureux, journaliste passionnée par cette civilisation, en parle dans son livre “Les rois de la Jungle”. Parlons aussi des Tamang, que vous rencontrerez sur la route de votre trek avec vos compagnons de voyage : Trek de partage et générosité au Népal. Arrivés au Tibet depuis plus de trois siècles et refoulés par les invasions, ils vivent principalement dans le massif du Langtang à plus de trois mille mètres d’altitude. De religion bouddhiste, ils demeurent très pauvres et vivent difficilement, au gré des conditions climatiques. Vous l’aurez compris, le Népal, en plus de son attrait naturel, est un véritable patchwork humain et multiculturel. Il est d’ailleurs conseillé, avant de se confronter à la population, de connaître quelques règles de savoir-vivre local.

Us, coutumes et savoir-vivre au Népal

Respecter la religion :

Nous l’avons vu plus haut, les vaches sont sacrées au Népal, elles se baladent partout dans les villes, et la toute première des choses à faire est ainsi de les respecter.

Si vous visitez des stupas (édifices de religion Bouddhiste), où vous verrez beaucoup de fidèles tourner autour, il convient de tourner vous aussi de gauche à droite, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Retirez vos chaussures avant de pénétrer dans un monument, quel qu’il soit, et placez-les sur la terre.

Ne jamais désigner une statue du doigt, c’est très inconvenant.

Se nourrir :

Il est très mal vu de boire ou manger dans le contenant d’une autre personne, ceci est considéré comme “polluant” dans leurs rituels.

Ne jamais s’inviter dans une cuisine si l’on n’y est pas convié.

Il est interdit de jeter des ordures dans un feu. Au Népal le feu est sacré.

Pour manger comme les locaux, manger de la main droite, même si vous êtes gaucher.

Tenue vestimentaire :

L’homme ne doit jamais se promener torse nu, et la femme doit éviter les tenues sexy (short et jupe courte, talons, décoletté, etc.)

Comportement général :

Ne jamais montrer quelqu’un du doigt, cela serait perçu comme manque de courtoisie.

Si vous vous asseyez par terre, ne tendez jamais les jambes vers quelqu’un. Asseyez vous en tailleur, c’est préférable.

Les démonstrations amoureuses en public sont très inconvenantes.

Evitez également de tousser très fort ou cracher, considéré comme un grand manque de respect.

Au Népal, on se lève et se couche au gré du soleil. N’espérez pas faire la fête tard dans la nuit ou vous lever à point d’heure, c’est très mal vu !

Les Népalais sont très ouverts et viennent essayer de communiquer, posent des questions. Même si vous avez du mal à comprendre, il faut vous conduire avec amabilité, quoi qu’il arrive.

Ne vous attendez pas à recevoir un “merci” d’un Népalais car cette convenance n’existe pas.

De même, les Népalais ne savent pas dire “non”. Si vous cherchez votre chemin, utilisez des questions ouvertes “où puis-je trouver tel ou tel endroit”.

A savoir : un Népalais qui acquiesce vous fera un hochement de tête de gauche à droite, ou vice versa.

Les enfants :

Un peu partout aux points stratégiques et touristiques du Népal, et également dans des contrées plus reculées, les enfants savent demander un stylo ou un roupie. Pourquoi pas, c’est à vous de décider. Cependant, évitez les bonbons car les règles d’hygiène dentaire ne sont pas celles de chez nous !

Tu ne connais pas encore Barouding ? Le concept est simple : on te trouve des compagnons de voyages qui te ressemblent vraiment et on te propose plein de voyages à partager avec eux !

Rejoins la communauté
  • Jul B.
  • Cec W.
  • Naïse N.
  • Karen T.
  • Nathalie O.
  • Noémie A.
  • Berenice C.
  • Djami L.